à la une    qui sommes-nous?    et vous?    en pratique    coin des profs
 
imprimer

 
 
G•E•O en Entre-Sambre-et-Meuse
Du 17 septembre 2013 au 8 juin 2014

Présentation | Philosophie de l'expo | Bulles thématiques | Enseignants

Les ateliers
Les ateliers (une heure) pour les groupes scolaires (ou autres) peuvent être combinés avec une visite guidée de l'exposition.

Le but de ces ateliers est de permettre aux visiteurs qui le souhaitent, d'endosser un tablier de chercheur et de goûter au travail en laboratoire et à la recherche scientifique.

Des cailloux plein les poches
Objectif de l'atelier : être capable de classer les roches les plus courantes en réalisant des expériences simples.
On commence par définir ensemble ce qu'est une roche (formation, origine) et à décrire les caractéristiques visibles (couleur, aspect, cohérence, odeur, densité). Les différents types de roches sont présentés aux élèves. Mais sur le terrain comment savoir de quel type de roche il s'agit ? Pour répondre à cette question, les élèves réalisent quelques tests qu'ils pourront refaire sur le terrain.
Après avoir observé les roches à l'œil nu, les élèves les observent au microscope binoculaire et les dessinent. Ils reçoivent ensuite un kit d'analyse permettant d'identifier les roches les plus courantes (calcaire, schiste, grès...). Ils réalisent différentes expériences comme :



un test de dureté

un test à l'acide chlorydrique dilué

un test sur la masse volumique des roches

(pour le primaire)

Ça cartonne
A partir de différents exercices et du matériel mis à disposition, l'élève devra construire une colline ou une dépression en respectant les consignes de pente forte et faible. Il abordera les notions d'équidistance et d'échelle à partir d'une carte topographique. Il sera capable de lire des courbes de niveau et de déterminer le sens des cours d'eau.

(pour le primaire)

Urbanistes en herbe
Les élèves forment des équipes de 3 à 5 élèves. Chaque équipe est un collège échevinal et chacun se met dans la peau d'un représentant du collège échevinal : bourgmestre, banquier, secrétaire communal(e), échevin(e) des finances ou échevin(e) du développement durable.

Le but du jeu est d'implanter des infrastructures sur le territoire de la commune (représenté par une plaque de jeu) afin d'accueillir 100 nouveaux habitants et, ce, sans dépasser le budget communal et en limitant l'empreinte écologique.

Après avoir observé le fond de carte (le territoire de la commune), chaque équipe réfléchit sur des projets d'agencement des quartiers et des bâtiments non résidentiels à placer. Il faut loger les nouveaux habitants mais également leur permettre de circuler, d'aller à l'école et d'avoir une vie culturelle et sportive. Il faut donc placer sur le territoire communal des routes, des lignes de chemin de fer, des arrêts de bus, des pistes cyclables, des écoles, des maisons, des grandes surfaces, des petits magasins mais chaque élève doit tenir son rôle : l'échevin du développement durable doit veiller à ce que les constructions prévues n'aient pas un impact écologique trop important (la commune dispose d'un certain quota de points écologiques); le responsable des finances communales doit veiller à leur confort... il faudra donc discuter et argumenter !

(pour le secodaire inférieur)

De la Terre à la carte
Au cours de l'atelier, les élèves seront capables de répondre aux questions suivantes :

Qu'est-ce qu'une latitude et une longitude ?

Comment fait-on pour donner une position précise sur une carte ?

Ils aborderont les notions de nord géographique, nord magnétique, déclinaison magnétique.

Ils s'exerceront à donner les coordonnées précises d'un lieu ou à retrouver un lieu sur la carte à partir des coordonnées.

Avant d'aller s'exercer dans le parc, ils découvriront les différentes parties qui constituent une boussole et apprendront à s'en servir. Ils termineront par des exercices sur le terrain : suivre une direction avec une boussole; effectuer plusieurs azimuts; contourner un obstacle grâce à la boussole... tout cela sans se perdre !

(pour le secondaire)

Paysages en évolution
L'atelier s'articule principalement autour de photos et de cartes topographiques de plusieurs époques. Il est composé de plusieurs étapes/phases d'observations dans le travail :

Qu'est-ce qu'un paysage ?
Classer une série de photos en deux catégories : Paysages et non-paysages. Nous confronterons ensuite leur définition avec celle du dictionnaire

Paysage d'intérêt : notion subjective du "beau" : sélection parmi une série de photos du paysage que les élèves préfère et de celui qu'ils aiment le moins.

Voir, lire et interpréter un paysage : A partir de deux photos, mise en évidence d'aire paysagère de différents plans (avant plan, arrière plan), des lignes de force,... pour décrypter le paysage, voir de quoi il est composé, constater l'utilisation des ressources par l'homme dans certains cas,... et ainsi en dégager sa valeur et pouvoir l'interpréter de manière plus objective ou scientifique.

Évolution des paysages

Observation de l'évolution du paysage de trois localités (Jamioulx, Lobbes, Nismes/Dourbes : retrouver la photo correspondant à la bonne époque, replacer l'observateur/photographe sur les cartes topographiques correspondantes, observation des changements...

(pour le secondaire)